Protéger sa peau du soleil





Protéger sa peau du soleil, OK ! mais pourquoi ?



L’été est bien installé, la grande vague de chaleur est passée, les soirées sont longues encore et les températures idéales, c’est le temps des vacances même pour ceux qui comme moi sont encore à Paris où flotte une joyeuse et légère ambiance estivale !


Mais quoiqu’il en soit, que nous revenions, que nous partions, que nous restions, où que nous soyons, il est absolument nécessaire de se PROTEGER des rayons du soleil. Et ce n’est en aucun cas une option !


Car si le soleil est, comme nous l’avons vu en juin, indispensable à la vie, bon pour notre corps et notre moral, s’exposer à ses rayons n’est pas sans conséquence et une exposition excessive de la peau au soleil est responsable de différents effets délétères dangereux pour la santé, ayant des conséquences à court et à long terme.


Source Biologique Recherche Professionnel





Pourquoi les rayons du soleil sont-ils dangereux ?



Revenons aux fondamentaux :


Le soleil est une étoile située à 150 millions de kilomètres qui nous envoie une multitude de radiations électromagnétiques dont l’ensemble constitue le spectre solaire.


Grâce à notre atmosphère qui joue un rôle de philtre (Ozone, vapeur d’eau), seule une petite partie de ces radiations nous parvient – ce sont les rayons optiques, c’est à dire les rayonnements Ultra-Violets (UV), le rayonnement visible (RV) et le rayonnement infrarouge (RIR).





Figure 1 : Le spectre solaire



Les rayons ultraviolets (UV)



Il existe trois types de rayonnements UV avec des longueurs d’onde* différentes, tous très nocifs pour la peau


- les UVA (95% des rayons UV), de longueur d’onde longue, pénètrent jusqu’au derme,

- les UVB de longueur d’onde moyenne, partiellement filtrés par la couche d’ozone, sont absorbés en majorité par le couche cornée et ne pénètrent pas au delà de l’épiderme

- et les UVC de longueur d’onde courte, intégralement filtrés par la couche d’ozone, qui n’atteignent pas la terre. Ils sont mortels pour l’homme et plus généralement pour tout ce qui vit sur notre planète !


*La longueur d’onde est exprimée en nanomètres : nm (1 nanomètre = 1 millionième de mm = 10–6mm ! ) IMPORTANT : Plus la longueur d’onde est courte, plus la fréquence est élevée, plus elle est douée d’énergie, DONC DANGEREUSE . Plus elle est longue, plus elle pénètre en profondeur dans la peau.





Figure 2 : Schéma de pénétration des rayonnements UVA et UVB à travers la peau


La lumière visible est celle que nous percevons – ce sont toutes les lumières colorées de l’arc en ciel ☺ indispensables pour bien voir, percevoir les couleurs et les contrastes.


Les Infrarouges (IR), de grande longueur d’ondes et donc de faible intensité, ne sont pas visibles mais sont responsables en partie de la chaleur que nous ressentons lorsque nous nous exposons au soleil. Attention, ils sont tout particulièrement présents à la plage...


L’intensité du rayonnement solaire dépend également, bien entendu, de la situation géographique et du type de sol (par exemple, réflexion plus importante en mer ou sur la neige, absorption des UV plus importante par la nature en forêt), de la saison et de l’heure d’exposition, des conditions météorologiques et de la réverbération.





Comment notre peau réagit-elle au soleil ?



Petit Rappel : La peau, son rôle, ses fonctions


La peau a une fonction à la fois de défense et de relation au monde extérieur :

-Fonction de Protection : elle nous protège entre autres des rayons ultraviolets.

-Fonction de Thermorégulation : elle maintient la température du corps constante

-Fonction Sensorielle : elle informe le cerveau de perceptions telles que la température & la douleur (coup de soleil)

-Fonction d'Echange : elle permet l'échange et le transport de molécules comme l'eau et contribue ainsi au maintien de l'équilibre du corps.

-Fonction Métabolique : elle produit des substances telles que la mélanine et la kératine pour se protéger et donc protéger l’organisme. En puisant son énergie du soleil, elle fabrique aussi de la vitamine D, essentielle pour fixer le calcium sur les os.


C’est dans l'épiderme, couche superficielle de la peau, et dont la fonction principale est la protection de la peau contre les agressions extérieures, que sont ancrés les mélanocytes dont les propriétés sont principalement.

1) d'absorber le rayonnement solaire,

2) de produire la mélanine, pigment responsable de la couleur de la peau constituant ainsi un écran naturel qui empêche la peau de brûler.


La couche cornée, couche la plus superficielle de l’épiderme composée de cellules plates et mortes remplies de kératines appelées « cornéocytes », est la barrière la plus importante contre la pénétration des UV.


Le bronzage est donc une réaction de défense et de protection. MAIS cette protection naturelle n’est pas (plus) suffisante !


En effet, depuis 1970, on sait que la couche d’ozone rétrécissant, les répercussions sur la santé humaine sont importantes : -5% de la couche d’ozone correspondent à +10% d’UVB = cancers cutanés, vieillissement cutané, cataracte, etc.


Quelles sont les conséquences sur la peau d’une exposition intense aux rayons UV ?


A court terme,

- Les UVA provoquent, un stress oxydatif responsable de la dégradation de la structure du collagène et de l’élastine, des allergies (lucites),

- Les UVB provoquent des erythèmes (ou coups de soleil), qui sont une réponse inflammatoire à l’agression des UV ET un signal d’alarme, un épaississement de l’épiderme,

- Les IR provoquent une réaction de chaleur : dilatation des vaisseaux sanguins, rougeurs, brûlures.


A long terme,

- Les UVA accélèrent le vieillissement de la peau : rides, perte d’élasticité, déshydratation, et provoquent des lésions pré-cancéreuses (mutation irréversible de l’ADN), cancers cutanés

- Les UVB sont responsables des tâches pigmentaires accumulation de mélanine), dont les lentigines solaires (petites tâches brunes dites « tâches de vieillesse » qui apparaissent sur le dos des mains, le décoletté et le visage vers la quarantaine), de couperose aggravée, rosacée, cancers cutanés





Figure 3 : Impact des rayons UVA et UVA sur la peau



Il faut donc absolument se protéger, mais nous n’avons pas tous besoin de la même protection, puisque les réactions de notre peau aux rayonnements solaires dépend de notre Capital Soleil !


Qu’est-ce que le Capital Soleil ?


Selon la définition du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), le Capital Soleil est l’ensemble des moyens de défense de la peau contre les effets néfastes du soleil.


Ce Capital acquis à la naissance et non renouvelable est unique et propre à chaque individu et répond à 2 variables :

- Il fait partie de notre patrimoine génétique,

- Il varie d’une personne à l’autre selon son phototype.


Nous le consommons tout au long de notre vie, à chaque fois que nous allons au soleil et la moitié de ce Capital est utilisé avant 20 ans, du fait du mode de vie de l’enfant et de l’adolescent davantage tourné vers l’extérieur !


Comment évaluer notre Capital Soleil ?


En déterminant notre phototype. A chaque type de eau correspondent des caractéristiques et un type de réactions aux agressions, notamment celles du soleil !


Ce tableau vous permet de connaître le vôtre :





Figure 4 : Les phototypes - Classification de Fitzpatrick ​


Bien évidemment, le Capital Solaire des phototypes I, proche du 0, est bien moins important que celui d’un phototype VI !


Comment épargner notre Capital Soleil ? -


Eviter les expositions à hauts risques : entre 11h et 14h l’été (heures solaires !), où le rayonnement est le plus fort, les expositions sur le pont d’un bateau et à la montagne, sur la neige.


- Augmenter progressivement le temps d’exposition, d’autantplus lentement que nous sommes de phototype clair.


- Attention à la réflexion sur le sable : responsable de coups de soleil sous un parasol !!!


- Se sécher en sortant de l’eau parce que mouillée, notre peau est plus perméalb aux UV.


- Respecter notre phototype et Utiliser correctement les photoprotecteurs :


  1. Protéger visage, cou, décolleté, mains, exposés tout au long de l’année,
  2. Répéter les applications toutes les 2 heures.


- Utilliser au maximum des accessoires de protection passive : parasol, ombrelle, chapeau, vêtement, lunettes ,


- Photoprotection vestimentaire IMPERATIVE chez l’enfant.


- ATTENTION à certains médicaments et produits parfumants responsables d’accidents de photosensibilisation.





Figure 5 : Variation de l’intensité des rayonnements solaires en fonction des conditions climatiques et des phénotypes cutanés


SPF = Sunburn Protection Factor

FPS = Facteur de Protection Solaire

IP = Indice de Protection


Le SPF est un indice réglementé qui représente le niveau de protection d’un produit solaire – c’est aussi le rapport entre la dose d'UV nécessaire pour obtenir un coup de soleil avec et sans la crème solaire. Exemple de calcul : si vous avez un coup de soleil au bout de 10 minutes sans protection, un produit solaire indiquant un SPF ou IP 15 signifie qu'il faudra 150 minutes (2h30), soit 15 fois 10 minutes pour obtenir le même coup de soleil avec ce produit.


Plus l'indice est élevé, meilleure est la protection contre le coup de soleil et les peaux claires ont besoin d’une protection plus élevée que les peaux mates pusiqu’elles prennent des coups de soleil à coup sûr et plus rapidement !


Enfin, bien choisir son produit en fonction des différents filtres existant . Actuellement il existe 3 types de filtres protecteurs sur le marché des produits solaires : des filtres chimiques, des filtres minéraux et des filtres végétaux.


- Les filtres chimiques sont des molécules organiques qui réagissent avec les UV et absorbent les rayonnements. Une proportion pénètre dans les tissus cutanés et peuvent être responsables d’effets indésirables (réactions cutanées, perturbations endocriniennes). De plus, certains ont un impact négatif sur l’environnement en détruisant les récifs coraliens... Ne sont efficaces qu'après 30 minutes !





- Les filtres minéraux qui diffractent la lumière et réfléchissent les UV comme des petits miroirs – moins allergisants, très résistants à l’eau et efficaces dès l’application !!! Ils protègent Instantanément.


- Les filtres végétaux qui ont un mécanisme assez semblables aux filtres chimiques mais ne produisent aucun effet indésirable.





En conclusion,



+++ Etre bronzé(e), même si ce n’est à la mode que depuis 1925, est une arme de séduction qui nous donne le sentiment d’être en pleine forme – et c’est bon pour le moral !


Mieux que cela, quelques minutes par jour même en hiver, outre l’effet calorifique, sont recommandées pour favoriser la synthèse de vitamine D nécessaire à la fixation de calcium sur les os (seul effet bénéfique des UVB) Une exposition (toujours modérée ☺ ) stimule la sécrétion de mélatonine qui a une action antidépressive VB et améliore l’humeur, de sérotonine pour une action sur le bon sommeil, et agit également sur une hormone qui régule l’appétit.


Enormément de bienfaits mais, nous l’avons compris, d’énormes dégâts si nous ne sommes pas raisonnables !


- - - Le rayonnement ultraviolet est l’agent mutagène et cancérigène auquel l’être humain est le plus fréquemment exposé.


La pénétration du soleil dans la peau dépend de la longueur d’onde du rayon solaire. Les UVB sont arrêtés majoritairement par la couche cornée, seuls 20% pénètrent l’épiderme et 10% le derme. Ce faisant, ils provoquent un érythème solaire appelé coup de soleil.

Le bronzage est en majorité induit par les UVB, il apparaît 2 à 3 jours après l’exposition et est maximal vers le 20ème jour.


Les UVA pénètrent très profondément dans le derme et sont responsables de la pigmentation cutanée immédiate, qui apparaît dans les minutes de l’exposition. Elle résulte de la photo-oxydation des grains de mélanine. En pénétrant dans le derme, les UVA cassent les fibres d’élastine et de collagène provoquant ainsi un vieillissement accéléré de la peau.


Les infrarouges quant à eux pénètrent l’hypoderme. Etant absorbés par les substances liquides, ils vont agiter les molécules d’eau et ainsi provoquer de la chaleur. Ils sont responsables des coups de chaleur.





Par conséquent, lors d’expositions répétées ou lors d’expositions intenses, un système de photoprotection extérieure est nécessaire afin de limiter les dommages cutanés.


Alors, forts et fortes de toutes ces informations, profitons pleinement de cette période estivale et raisonnablement du soleil en nous protégeant au mieux, en toute conscience et en connaissance de cause !


PS : Pour ma part, j’ai atteint les limites du mon Capital Soleil ☹ (j’ai fait une lucite dès les premiers rayons au mois d’avril qui récidive à chaque mini exposition !!!) mais compte tout de même me ressourcer en profitant des longues journées d’été, de la vue de ces ciels bleus magnifiques, des températures idéales, des moments de farniente à l’ombre d’un bel arbre, et des moments partagés en famille et avec mes amis ! Je vous retrouve en septembre avec bonheur et vous raconterai comment « réparer » votre peau après cette période enchantée.